Menu

Nos 18 Ans

Martin - 8 juillet 2008
#Cinéma Nos 18 Ans

Bonjour bonjour…

 

Oui, je sais, le film sort dans une semaine… Mais les plus chanceux ont, dans les grandes villes, la chance de le voir à l’affiche de leur cinéma 1 semaine avant sa sortie. Avez vous déjà entendu parler de ce film ? J’étais conquis en voyant la bande annonce ! Et puis, un film qui démarre par Close To Me des Cure, ça fait son petit effet …

 

 

Nos 18 ans

 

En voyant la bande annonce et la bouille rassurante du héros, Lucas Ferrier, on se dit que le film va être rafraichissant et drôle. Et c’est exactement ce que l’on attend du film. Et je le dis sans plus attendre : le film est réussi, rassurez vous, contrairement à beaucoup de comédies, tous les meilleurs moments ne sont pas dans la bande annonce, le film réserve son lot d’émotions…

L’histoire démarre en force, introduite par une magnifique scène de début, et par Close To Me comme je le disais précédemment. Le film démarre donc sur le dernier jour de scolarité de Lucas, qui décide de se venger de son professeur de philo, Mr Martinot, en lui disant tout ce qu’un élève rêve de dire à un prof qu’il déteste, à savoir que c’est « un vrai con » , et « le look j’en parle même pas »… enfin bref la scène d’entrée est, comme vous l’aurez compris, assez jouissive ! Or ce même prof est aussi celui qui va lui passer son oral de rattrapage . Puis Lucas tombe amoureux d’une fille à une fête ( ou tout le monde danse sur Ca c’est Vraiment Toi ! ) , Clémence, qui s’avère être la fille du prof en question. Pour les plus pointilleux d’entre vous, je n’ommettrais pas de signaler que ce film est librement adapté de « Le jour d’avant l’examen », une comédie italienne qui a été un vrai succès, et qui a eu plusieurs prix. Le film n’a pas été diffusé en France, heureusement que Frédérique Berte a eu la bonne idée d’en faire un remake !

 

Le film est un vrai moment de divertissement. A travers l’intrigue principale, qui est le bac de Lucas, on a toute l’ambiance de l’époque, à travers les objets ( minitel, VHS, la mob… ) et la musique, qui confère vraiment au film une athmosphère vacances, avec Téléphone, les Rita, La Mano Negra, les Cure…et surtout, on rencontre des personnages attachants, comme Maxime, un espèce d’erstatz de Stifler dans Américan Pie, en moins lourd et plus attachant, ou Alice, un garçon manqué. Sans oublier Michel Blanc qui remplit son rôle avec justesse et humour, et qui devient attachant. Ce qui fait le sel du film c’est aussi les nombreuses répliques bien calibrées.

 

Bref, un film rafraichissant, que je qualifierais comme LE film de ce début de vacances. Et je ne parle pas du film de vacances dans le sens du bon film ( même si il l’est ), mais plutôt du VRAI film de vacances, comme l’avait été Nos Jours Heureux l’année derniere ( dont je vais d’ailleurs vous parler dans un prochain billet ), celui qui sent le sable chaud et dont on ressort de la salle avec le sourire. Ca donne presque envie d’aller vivre dans les années 1990 !

  • cinefeed

    bonjour Martin,

    je rebondis sur ton dernier paragraphe celui ou tu parles de « nos jours heureux » pour te signaler que les deux réalisateurs ont entamé le tournage de leur nouvelle comédie « Tellement Proches ».

    Tu peux suivre les coulisses du tournage dans une section que j’ai mis en place sur cinefeed: http://www.cinefeed.com/tellement-proches/

    Jérôme

  • yogrian

    Impossible pour moi en lisant cet article (je n’ai pas vu le film), de ne pas penser au « Péril Jeune » de Klapisch.
    Où se situe-t-on par rapport à ce film?



Pin It on Pinterest