Menu

Armadillo, Modern Warfare comme si vous étiez !

Remi - 18 mai 2010
#Cinéma Armadillo, Modern Warfare comme si vous étiez !

Je tiens à rendre à César ce qui appartient à César : C’est O’neill a nouveau qui m’a amené à voir ce film et je n’en ai pas été déçu !

Il s’agit d’un film assez bluffant quand on connait le background. Et comme nous avons eu la chance d’assister à un débat en présence du réalisateur, nous allons pouvoir vous en faire part.

Armadillo est un reportage danois de Janus Metz d’une rare qualité.  Le récit est classique et raconte une mission militaire en Irak par une jeune équipe de militaire. On suit donc ce groupe de leur départ du Danemark pour l’Irak à leur retour sur le pays danois.

armadillo.jpg

Avis de Rémi :

Ce qui est bluffant au premier abord, c’est ce réalisme et la qualité des images. Au départ, on se dit il s’agit d’une fiction pas mal réalisée mais sans grande création. Mais rapidement on a des doutes … s’agit il d’images réelles ou fictionnelles ? Et bien, c’est lors du débat que l’on a pu avoir le fin mot de l’histoire : Janus Metz n’a pas utilisé d’acteurs ! Il a juste suivi cette section avec son photographe. Bref, les images que vous verrez sont réelles ! Et donne au film une portée vraiment différente !

Pour faire simple, j’ai été impressionné par le film. Les protagonistes (n’étant pas acteurs) gardent leur naturel, ne regardent jamais la caméra. Tout parait couler naturellement et ceci est peu courant dans un reportage.

Avis d’O’neill : 

Voici le premier film où j’ai pu voir l’équipe du film. Heureusement d’ailleurs car ma vision en a été complètement changée.
A la fin du film on se demandait si ce qu’on venait de voir était un documentaire ou une fiction. Certains visages sont floutés ce qui mettait le doute.
Pour un film de fiction le bilan aurait été moyen : Oui, encore un film classique sur la guerre moderne sauf que cette fois on suit l’armée Danoise. On se dit que le thème a déjà été traité 100 fois notamment dans des séries telles que Generation Kill.
Mais pour un documentaire c’est impressionnant. Le réalisateur va au front tel un soldat et prend des risques inconsidérés. Les soldats ne regardent jamais la caméra tels de vrais acteurs.
C’est d’ailleurs la raison de sa sélection. Un documentaire traité comme un film. Et le résultat est impressionnant. Le problème est que cela risque de perdre de son impact surtout si les gens ne sont pas au courant.

  • O’Neill

    Rémi vient de m’apprendre que le film a reçu le Grand prix de la Semaine de la Critique.
    Ce n’est pas étonnant.

    Et le cours métrage diffusé avant le film, « BERIK » réalisé par un autre Danois, a reçu le Prix du court métrage.



Pin It on Pinterest