Menu

Review | Intouchables

Guifou - 2 novembre 2011
#Jeux vidéo Review | Intouchables

Tiré d’une histoire vraie ! Combien de fois des histoires au scénario pompeux et facile nous ont été livrées ainsi. Ici, le sujet est grave, presque poignant, mais marque clairement le désir d’un homme de ne pas s’enfermer dans la mélancolie. Omar Sy et François Cluzet, dans un duo atypique, parviennent-t-il a retranscrire le destin de Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Selou ?

Philippe est riche mais paraplégique. Driss, enfant de la cité, vient de passer 6 mois en prison pour braquage. Les deux hommes que tout oppose vont pourtant se lier d’amitié à travers l’infirmité de Philippe, qui trouve en son contraire la seule personne qui semble lui redonner goût à la vie.

Le sujet semble être un cas d’école de scénariste. Une histoire triste et sans doute injuste, la possibilité de bourrer l’histoire de clichés et de touches larmoyantes, bref tout pour nous servir la quintessence du film Français dans le mauvais sens du terme. Mais fort heureusement l’histoire n’a pas été abordée de cette façon. Ici est privilégiée une forme plus déstabilisante d’approche à savoir l’humour, mais l’humour teinté de noirceur, celui qui s’amuse d’un homme paraplégique, l’humour que le vrai Pozzo Di Borgo a choisi dans sa vie. Ainsi le ton est atypique et rafraichissant pour le cinéma Français. On s’amuse du décalage des deux personnages et l’on ne regrette pas le pari pris par les réalisateurs, s’éloignant des horripilantes tendances mélodramatiques pour se risquer à la comédie.

Il faut néanmoins voir avant tout une performance d’acteurs. Le duo est d’ailleurs tel qu’il efface complètement le reste de la distribution, presque figurative. Omar Sy sort de ses habituels rôles sans pour autant abandonner son personnage au sourire large et au verbe fusant, François Cluzet dosant parfaitement les subtilités qu’exige son personnage. Mais, en s’imaginant un instant le film avec d’autres acteurs, on ne peut s’empêcher de voir une réussite bien moindre, la faute sans doute à des situations parfois trop banales et malgré tout versant dans le clichés, les habituels décalages pauvres/riches toujours abordés sans trop d’imaginations (exemple avec Omar découvrant la salle de bain ou sa chambre). Ainsi parfois le film se repose trop sur ses acteurs, les mimiques d’Omar ou les bougonnements de Cluzet. De même il y a parfois quelques longueurs et quelques scènes qui n’apportent pas grand-chose. L’essentiel est néanmoins préservé, on ne s’ennuie pas. Le tragique enfin, puisqu’il en fallait, sera pour certains traité avec trop d’absence, excepté une ou deux scènes. Je préfère le voir, et c’est sans doute le désir des deux personnages, en tant qu’élément implicite, forçant le spectateur à se mettre à la place de Philippe.

Bonne surprise de cette fin d’année, intouchable fait de ce qui aurait pu être un film cliché une réussite. L’excellente distribution y est pour beaucoup, mais l’approche atypique est également bénéfique et devrait servir d’exemple pour le cinéma Français. Sans doute la meilleure comédie hexagonale du moment.



Pin It on Pinterest