Menu

Review | Rebelle (Brave)

Cyril Letonnelier - 21 juin 2012
#Jeux vidéo Review | Rebelle (Brave)

Le film d’animation Disney-Pixar de l’été sort début août mais nous avons déjà eu l’occasion de le voir ! En version française et en 3D (les puristes peuvent me lancer des cailloux), Rebelle propose une aventure pour les petits mais aussi les grands où se marient remise en question et plaisir des yeux.

Durée: 1h35

Sortie: 1 août 2012

Synopsis

Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction.

[jwplayer mediaid= »38332″ plugins= »hd-1,http://fr-advideum.cdn.videoplaza.tv/resources/as3_bridge_jw_5x.swf » vpdomain= »http://fr-advideum.videoplaza.tv » vpshares= »generationmp3″ vpenvironmenturl= »http://fr-advideum.cdn.videoplaza.tv/contrib/fr-advideum/environment.xml » vpUseDomainWhitelisting= »true »]

Rebelle nous fait la morale, mais une morale de conte de fée

Avec un scénario bon enfant, Rebelle nous propulse en Ecosse où les mythes côtoient la réalité. Le film d’animation de Disney-Pixar met en avant une qualité indispensable à notre vie de tous les jours: le courage. En effet, Merida va devoir faire preuve de courage pour inverser le cour des choses et corriger ses erreurs. On remarquera que le film porte le nom de Brave en VO (soit « courage »), ce qui correspond à la deuxième moitié du film, tandis qu’en français on a Rebelle, qui est le sentiment prédominant pendant la première partie. Un choix de titre surement dû au public différent entre les 2 pays.

Mêlant humour et action, Rebelle innove dans plusieurs secteurs. Tout d’abord, on retrouve pour la première fois une fille en personnage principal d’un long métrage Pixar. C’est peut être la touche Disney qui affecte les studios d’animation, et ce n’est pas un mal. Une fille qui n’est pas une princesse comme les autres puisque c’est plutôt un garçon manqué (mais mignonne). Ensuite, Rebelle est en 3D, et ce n’est franchement pas utile. On avait déjà vu avec Toy Story 3 ou Cars 2 que la 3D chez Pixar, ce n’était pas inné. On se retrouve encore une fois devant une utilisation de la technologie plus qu’inutile. Un ou deux sursauts max, une lueur qui flotte face à vous, et une perte de qualité d’image impressionnante. Sur les plans fixes on peut admirer le travail des studios au niveau du décor, mais dès que ça bouge, s’en est terminé.

Difficile de regarder Rebelle sans penser à Dragons (How To Train Your Dragon) de Dreamworks sorti en 2010. L’ambiance nordique est à la mode au cinéma et dans le monde des jeux vidéo, et pas seulement pour l’environnement. Une fille de roi qui veut être une guerrière dans Rebelle, un fils de chef qui ne veut pas être un guerrier dans Dragons. Cerise sur le gâteau, les deux films possèdent un style graphique très proche. A cela prêt que pour Rebelle, les équipes ont travaillé les détails des visages et des animations (entre les personnages) à un niveau au dessus. Merida possède d’ailleurs une chevelure qui défie la gravité (et c’est fait exprès) qui impressionne le spectateur à tout moment.

Musicalement agréable, on n’est pas non plus transporté à des millions de kilomètres seulement grâce à l’ambiance sonore. Le doublage français est réussi, avec Bérénice Béjo pour Merida et Jacques Frantz (VF Mel Gibson, De Niro) pour son père. En anglais, c’est Kelly Macdonald (Trainspotting, Boardwalk Empire) qui interprète l’héroïne.

Rebelle est un très bon film d’animation, qui respecte les classiques du genre tout en jouant sur les angles de caméra. Des graphismes superbes qui méritent d’être vu en 2D sans aucun doute, et un scénario qui nous balade tranquillement (à la hauteur d’un Shrek 3 ou d’un Ratatouille). Avec des pointes d’humour et de l’action. A voir dès le 1 août 2012 !



Pin It on Pinterest