Menu

Review | 3 jeux AppGear (Smartphone)

Cyril Letonnelier - 23 juillet 2012
#Tests de Jeux vidéo Review | 3 jeux AppGear (Smartphone)

Dernières nouveautés de chez AppGear, les jeux  Zombie Burbz, Foam Fighters et Elite Commandar se basent tous les trois sur un principe original, en couplant  à chaque fois une  application gratuite à une série d’accessoires indispensables.  Les deux premiers mettent en avant plusieurs packs, tous débloquant une partie du soft, ou plutôt un des scénarii. Elite Commandar s’appuie  quant à lui sur un seul pack. 

Zombie Burbz

Premier jeu, annoncé comme le plus accessible voire le plus enfantin, Zombie Burbz est un tower defense tout ce qu’il y a de plus classique et coloré en apparence. Cela est pratiquement le cas mais le soft propose 2 idées atypiques.

Premièrement le synopsis en lui-même : Vous êtes un zombie survivant à des vagues d’humains, cela à l’aide d’armes allant du gore au piège  (du genre billets de banques).

La deuxième idée est l’approche figurine, collection d'une certaine façon. Chaque pack contient un lot de 4 figurines, dont l’une d’elle, un peu différente à sa base, servira à contrôler votre zombie, position et orientation, le reste se fait de manière classique en choisissant les armes ou en déclenchant les pièges.  Celle idée va de pair avec le principe de scénario, chaque kit de figurines débloquant une histoire (sachant qu’il en existe 4) différente.

Le soft est simple, mais relativement prenant. Sympathique graphiquement, il reste assez permissif et donc adapté à la cible plus jeune, ou non habitué au tower defense.  Un point toutefois, ce jeu est avant tout destiné aux tablettes, iPad ou Android, la figurine devant reposer sur le device (impossible avec un smartphone classique).

Foam Fighters

Plus ambitieux, bien plus dur aussi et surement le plus long à prendre en main, Foam Fighters est un jeu d’aviation façon arcade, reprenant 3 grands conflits aériens de la seconde guerre mondiale : bataille du Pacifique, bataille d’Angleterre et bataille d’Europe. Chacune de ces campagnes se divise en 2, côté Alliés et côté Axe.

Le principe est simple, le Smartphone scanne l’aile d’un des 2 avions du pack pour débloquer la campagne, un bras ventouse vient se fixer sur le device. Il suffit alors de placer l’avion dans l’axe de son capteur pour une vue rapprochée, vue qui sera la base du gameplay. Le reste fonctionne grâce à l’orientation du Smartphone, facilitée par la présence de l’avion dans le champ de vision.

Virtuellement très long avec un bon potentiel de jouabilité, c’est avant tout la maitrise de l’appareil qui tiendra en haleine, car exigeante voire  compliquée dans les premières heures. Le gameplay permet d’échapper à une forme de linéarité avec la présence de plusieurs types de missions, de la bataille classique au bombardement d’objectif. Il existe, en plus du mode classique, une partie totalement en réalité augmentée, se servant du décors environnant. Avant tout une démonstration mais pas inintéressant et assez vaste dans ses possibilités.

Elite Commandar

Annoncé comme le jeu le plus exigeant, Elite Commandar est effectivement loin du petit shooter casual, malgré son accessoire très jouet. Il n’existe, contrairement aux 2 autres, qu’une unique campagne. Le jeu fonctionne via un pistolet, lequel se raccorde au Smartphone par la prise Jack. Une gachette de tir, ainsi que 4 boutons de commande : changement d’arme, grenade, bouclier, rechargement. Cet accessoire fonctionne via 2 piles lr06, et permet via son propre haut-parleur de se substituer à celui du Smartphone. Le système d’accroche est très simple et la prise en main rapide pour les bases du gameplay. En guise d’entrainement, un shoot de sphères  en vue libre, en réalité augmentée. On comprend dès lors qu'il faut un minimum de place pour Elite Commandar.

Plus abouti que ses concurrents sur un plan technique, le jeu tape dans les codes classiques du shooter SF, de façon plus ou moins explicite : le héros, quasi-clone de Dead Space, ou les environnements.

 

Sur la forme tout est très classique : scénario éculé, armes nombreuses mais habituelles.   Le jeu opère sur le mode du rail shooter,  plus simple vu le gameplay au pistolet. La prise en main est rapide et précise, encore qu’il est préférable d’avoir un bon Smartphone pour plus de fluidité. Contrairement à Foam Fighters, la difficulté ne vient pas de la maniabilité en elle-même, encore que  le non-contrôle des pas perturbe facilement. Non ici la difficulté vient du rythme, pas de temps  mort, les ennemis vous harcèlent sans cesse. Un peu d’habitude pour jongler entre l’arme adéquate, le bouclier ou les grenades, mais la mort sera très fréquente. Bref, bien plus qu’un jeu casual, le genre qui demandera un minimum de maitrise, particulièrement en mode difficile.

Les applications gratuites sont disponibles sur l’Applestore (à partir de iOS 4) ou Googleplay (à partir de Android 2..3), les accessoires sont vendus sur les boutiques suivantes : Amazon, Pixmania, Cdiscount, JouéClub, Toy R’us, Fnac.com.

Article sponsorisé



Pin It on Pinterest