2017-02-13 12:14:222013-09-13 14:00:35

13 septembre 2013 - 14h00

Review | Amnesia : A Machine For Pigs (PC)

amnesiacover

Gardien du Survival horror dans son sens le plus absolu, Frictionnal Game a su, à travers ses 4 premiers jeux, distiller une impression quasi-unique. Des univers sales et malsains enrobant des symboliques éprouvées, il redonnait son sens à un genre vidé de son essence, gangréné par le dogme du sursaut et du lance-missile. A Machine For Pigs, 2ème et indépendant second opus d’Amnesia, se devait, 3 ans après The Dark Descent, de reprendre le flambeau, confiant la tache à The Chinese Room.

Temps de jeu personnel: 5 heures

D’un caveau l’autre

Fini la Prusse, ses châteaux chaleureux et son accueillante forêt noire, plus de Brennenburg, d’ombres chafouines, d’expérience occultes, plus même de romantisme. Bienvenu dans l’ère industrielle à la Londonienne, l’apogée de l’engrenage et de la turbine, sociologiquement l’une des plus inhumaines de l’histoire, une ode à l’homme-esclave, un terreau fabuleux pour ce second opus.

Le scénario, un peu plus trouble que The Dark Descent, est également plus intéressant. Moins évident, il reste néanmoins dans une optique simpliste, n’autorisant pas vraiment plusieurs niveaux de lecture. Toujours quelques touches Lovecraftienne, mais bien moins présentes qu’avant. On y raconte l’histoire de Mandus, industriel psychologiquement détruit par divers expériences personnelles et divers échecs, se réveillant dans son immense maison. Hanté par le rêve d’une immense machine cachée dans les profondeurs, il part à la recherche de ses enfants, visiblement enlevés.

L’univers est cohérent, intéressant en surface, mais à peine effleuré, et c’est là l’un des points de déception. Jamais on ne semble vraiment rentrer dans l’univers. Il nous dévoile des espaces plus ouverts, quelques phases en extérieurs, fonçant paradoxalement dans le piège du jeu couloir. The Dark Descent restait cloisonné, mais l’impression d’étouffement était mesurée et logique. Ici, on nous promet ce qu’on ne peut avoir.

Vilain petit cochon

Autre point, l’aspect technique n’ayant pratiquement pas évolué. Le premier était à peine correct pour son époque, A Machine For Pigs titille l’obsolescence. Pas un problème sur le fond, bien des jeux indés comme Slender le montrent. La gestion de la lumière assure toujours un excellent travail, en théorie.

amnesia1

Les lumières du vieux porc

On pourrait oublier tous les points précédents, saluer le gameplay toujours basé sur une mécanique de déplacement d’objets intuitive. Oui mais, en se risquant au changement, ce qui est toujours noble, en confiant les clés à The Chinese Room, Frictionnal Game a laissé, sans s’en rendre compte, se déliter une partie de son identité.

Envolée la gestion de la folie, sa symbiose avec la lumière, la gestion de l’inventaire associée. Plus aucun risque donc à se tapir dans l’ombre, d’autant que les ennemis, sortes de porcs mutants, ne sont pas des flèches. On peut bien sur redouter les rencontres, mais celles-ci coïncident avec le clignotement de toute source de lumières, peu d’effets de surprises donc et des évitement faciles. Quelques passages, surtout suggérés, restent très prenant, mais la mort n’est même pas punitive, au point qu’on ne la craint pratiquement plus. Le premier opus avait déjà ce défaut, mais cela est vraiment criant dans AMFP. Dès lors pourquoi redouter une chose qui, non contente de s’annoncer en lumière, vous fera perdre 3 minutes tout au plus.

Cette gestion troublante, associée au côté plus concret des ennemis, montre clairement ses limites. Limites de courte durée, le jeu sabrant de moitié la durée de The dark Descent, tapant maintenant dans les 5 heures environ, probablement moins de 4 heures en se dépêchant.

Développeur : The Chinese Room / Éditeur : Frictionnal games / Genre : FPS / Joueurs : 1
Jeu en ligne : Non / Date de sortie : Disponible / Disponible sur : PC /Mac

Conclusion

6

En résumé
Pour son prix, une quinzaine d’euros, AMFP reste une bonne expérience, impressionnant pour qui ne voudrait pas ouvrir les portes de l’enfer avec The Dark Descent. Mais, soyons honnête, ce jeu est une semi-déception et, plus grave, la marque difficilement acceptable d’une régression.

Les points forts
L’univers de base
Toujours dans les bons survival

Les points faibles
Bien en-deçà du premier
Trop court
Des changements dommageables

Notation: 0.0 – 3.5 » Run, you fools! | 4.0 – 5.5 » Moarf. | 6.0 – 7.0 » Le travail est fait. | 7.5 – 9.5 » Ça casse trois pattes à un canard ! | 10 » Masterpiece.



http://www.jeuxvideo.org/wp-content/uploads/2013/09/1275383-amnesia-a-machine-for-pigs.jpg
Accueil Must read Review | Amnesia : A Machine For Pigs (PC)
Guifou Cyriloo w
Executive Editor @ Jeuxvideo.org and Generationmp3.com, founder @geek2thefuture, ex videogame journalist @ 20minutes.fr.

Review | Amnesia : A Machine For Pigs (PC)

X