2017-02-13 11:35:142013-12-19 14:30:02

19 décembre 2013 - 14h30

Review | Outlast (PC & PS4)

outlast

Genre disparate, le Survival-Horror est pourtant important tant il semble perpétuellement se chercher. Une cuvée 2013 terne pour les studios classiques, grand ou petits, la déception Amnesia : A machine for Pigs, les sempiternels errements (à mon sens) d’anciennes licences de type Resident Evil, le tout animé d’un déchainement dans l’univers amateur. Mais une petite lumière, Outlast, du Studio Red Barrels, qui entend bien être l’expérience la plus effrayante de l’année.

Temps de jeu personnel: 7 heures

L’enfer scelle les autres

Un scénario classique, suffisant. On découvre Miles Upshur, journaliste désirant enquêter sur une étrange rumeur émanant d’un d’asile, Mount Massive, dirigé par une étrange corporation. Une trame de base aussi plate que le genre l’exige. Le reste de l’histoire est au diapason, particulièrement dans sa conclusion (qui divisera clairement).

L’univers, redondant, est parfaitement rendu. Un level design s’appuyant sur une foule de petits détails intéressant, évitant la platitude. Beaucoup (trop ?) de scripts, sans doute une rejouabilité limitée dans cet univers, mais une expérience grisante la première fois.

Les pensionnaires du lieux et quelques autres protagonistes font le travail. On aurait aimé une impression un peu plus… vivante de ce côté. Il manque un petit supplément d’âme, particulièrement pour les quelques « méchants » plus importants.

Tu veux des pipiles ?

Techniquement, le soft n’est vraiment pas vilain. Assez loin du top dans ce qui se pratique en PC, il n’a pas à rougir face aux quelques premiers jeux Next-Gen, on attend ainsi beaucoup de sa version PS4 (2014). Des textures suffisamment bonnes, une gestion de l’éclairage camouflant les lacunes, pas de gros reproches mais pas d’éloges.

La lumière, justement, est l’élément central du jeu. Très sombre, les niveaux s’articulent autour de l’utilisation de l’accessoire magique du journaliste d’investigation… la caméra infrarouge. Il faudra ainsi régulièrement jongler avec cette visée, permettant une vision nocturne, en contrepartie d’une absence de couleurs. Plus encore, il faudra composer avec un niveau de batterie chutant assez vite, cela en ramassant les piles disséminées un peu partout.

outlast1

Angoisse Vermillon

Revenons à l’essentiel, le côté Survival-Horror. Sur ce point, une bonne grosse réussite qui tache, mais avec modération.

Premier constat, le retour aux sources. Aucune arme, aucun moyen de défense, mécanisme poussé un peu à l’extrême. Des armes potentielles traînent çà et là, mais impossible de s’en servir. Le personnage est une proie, tout le temps, impossible d’attaquer ou de se défendre, il faut se cacher ou fuir, survivre tout simplement, dans la définition la plus basique du genre. Les aliénés du coin sont parfois inoffensifs, laissant une ébauche de vie dans les lieux, mais parfois très agressifs.

On alterne, à travers des sortes de missions (comprenez : des allers-retours pour débloquer des passages), entre fuites très bien pensées, notamment via à une vision arrière (façon rétroviseur) et des parties de cache-cache, soit dans le noir, soit dans les placards ou autres objets.

Quelques mécanismes de sursauts, de gros clins-d’œil aux références récentes dans le cinéma, une ambiance assez unique, mais aussi quelques limites inhérentes au genre. Cas quasi systématique, même dans les excellents Survival, celui de l’assimilation des mécanismes. Extrêmement impressionnants les premières heures, le jeu ne se renouvelle jamais vraiment, devenant de moins en moins prenant sans tomber dans la routine. Un potentiel de rejouabilité plus que moyen, mais encore une fois un défaut habituel. Petit reproche sur l’IA, trop scriptée dans l’idée, laissant une sensation de mise en scène plutôt qu’une volonté propre. Une ébauche de Parkour dans les phases de fuites, un peu à la Mirror’s Edge, mais à l’état embryonnaire. Pas sûr que ce type de gameplay eu été convaincant, mais l’idée n’est pas idiote.

Développeur : Red Barrels / Éditeur : Red Barrels / Genre : FPS Survival-Horror / Joueurs : 1
Jeu en ligne : Non / Date de sortie : Disponible / Disponible sur : PC / PS4 (courant 2014)

Conclusion

8.5

En résumé
Moins de vingt euros, c’est le prix du meilleur Survival-Horror de l’année. Une expérience qui secouera largement le joueur classique et remuera le Survivaliste aguerri l’espace de 5-6 heures. Outlast est une vraie bonne réussite, revenant au source et servant avec intelligence les codes cinématographiques qu’il emprunte.

Les points forts
Un vrai Survival
Des mécanismes efficaces
Gameplay convaincant

Les points faibles
Peu de renouvellement
IA pas assez vivante

Notation: 0.0 – 3.5 » Run, you fools! | 4.0 – 5.5 » Moarf. | 6.0 – 7.0 » Le travail est fait. | 7.5 – 9.5 » Ça casse trois pattes à un canard ! | 10 » Masterpiece.



http://www.jeuxvideo.org/wp-content/uploads/2013/12/outlast1.jpg
Accueil Must read Review | Outlast (PC & PS4)
Guifou Cyriloo w
Executive Editor @ Jeuxvideo.org and Generationmp3.com, founder @geek2thefuture, ex videogame journalist @ 20minutes.fr.

Review | Outlast (PC & PS4)

X